Comment savoir si ma maison est une passoire thermique ?

Environ 5 millions de logements sont encore considérés comme des passoires thermiques en France. La loi Climat Énergie compte bien les supprimer en améliorant tout simplement leur performance énergétique. Conscient des travaux majeurs à entreprendre, le gouvernement vient en aide aux propriétaires à travers des aides financières. Cela afin de les inciter à faire des travaux de rénovation. Comment savoir si sa maison est une passoire thermique ? Nous allons faire le point à ce sujet. 

Passoire thermique : vérifier la classe énergie

Source image : pixabay

Un logement est considéré comme une passoire thermique lorsque sa classe d’énergie indiquée dans sa DPE est de F ou G. Un logement avec une classe énergie A et G a une note énergétique la plus appréciable. Cela signifie qu’il est bien isolé et qu’il consomme moins d’énergie. 

A découvrir également : Pourquoi procéder à un démoussage de la toiture régulièrement ?

La seule façon de le savoir est une est tout simplement de vérifier s’il a un mauvais DPE ou non. On occupe une passoire thermique lorsque son DPE indique la classe F ou G. 

Le DPE évalue en effet la quantité d’énergie et celle du GES émis par le logement. Si son logement est attribué à une mauvaise note énergétique, les conséquences pourraient être néfastes : 

Sujet a lire : Les particularités de la toiture en cuivre

  • À partir du 25 août 2022, les logements classés F et G ne bénéficieront plus d’une augmentation de loyer.
  • En 2023, les logements de plus de 450 kWh.m2 par an en énergie finale ne pourront plus être mis en location.
  • En 2025, cette interdiction s’appliquera aux logements de classe G.

Passoire thermique : vérifier les factures d’énergie

C’est un fait, une passoire thermique a une mauvaise isolation et subit alors une déperdition thermique. Si sa maison est une passoire énergétique, les dépenses de chauffage seront importantes en hiver. On peut aussi constater une hausse des factures d’énergie en été lorsqu’on utilise la climatisation. 

Si la facture de son énergie est en hausse, plusieurs facteurs peuvent en être la cause : 

  • Une mauvaise isolation de sa maison.
  • Des déperditions de chaleur ou de froid trop importantes.
  • Une mauvaise isolation des sols.
  • Des électroménagers peu performants.
  • Des mauvaises habitudes de consommation.

Il est important alors de revoir son mode de consommation et de réduire sa facture d’énergie en améliorant son logement. En généralement, seuls les travaux de rénovation permettent de combattre la passoire thermique. Si sa maison en est une, il va falloir trouver une aide adaptée à ses besoins et ses problèmes d’isolation. 

Passoire thermique : une sensation d’inconfort chez soi

Une mauvaise isolation de sa maison donne raison à l’inconfort en toute saison. En effet, une passoire thermique réduit son confort de vie et crée un dérèglement de la température à l’intérieur du logement. Certes, une mauvaise isolation favorise : 

  • Les ponts thermiques.
  • Les courants d’air.

Outre cela, les passoires thermiques sont aussi des logements humides. Ainsi, on peut très bien vérifier cela en observant certains signes : 

  • La condensation sur les vitres.
  • Les tâches sur les plafonds et les murs.
  • Les papiers peints décollés.
  • Les peintures écaillées.
  • La présence des gouttelettes d’eau sur les murs.

Passoire thermique : tenir compte de la date de construction

Eh oui, une passoire thermique désigne les logements qui datent parfois d’avant 1948 et d’avant 1975. Certes, les techniques d’isolation moderne ne sont apparues qu’à partir des années 70. Ainsi, si la date de construction de sa maison se situe avant ces périodes, il est fort probable qu’elle soit une passoire thermique. 

Ainsi, il est important de bien vérifier si sa maison est une passoire énergétique et de comprendre par la suite les facteurs qui le favorisent. Sachez que de nombreuses aides permettent de financer les travaux de rénovation énergétique de sa maison afin qu’elle obtienne la meilleure note en classe énergie. 

Source image à la une : pixabay